Vous souhaitez recevoir le Caritas Info? 

La publication trimestriel peut vous être envoyée gratuitement par courrier ou par mail.  Tenez-vous au courant de l'actualité du réseau, 
envoyez- nous vos coordonnées à  regine.kerzmann@caritas.be

Nous soutenir? 

Découvrez sur ce site les différents projets portés par notre réseau, et actifs dans l'aide sociale de proximité dans toutes les provinces francophones du pays.  
Faites un don en ligne ci-dessus en toute sécurité
Ou par virement sur le Compte national:  BE79 2100 6791 7533 - mention : Don - 
Attestation fiscale délivrée à partir de 40€/an.

 

Suivez-nous sur Facebook

page Caritas Secours francophone

Elections 2024

Notre participation à la Carte Blanche publiée dans le quotidien Le Soir

https://www.lesoir.be/592286/article/2024-06-03/elections-2024-et-la-societe-civile-dans-tout-cela

 
 
Organisé par Caritas Secours à Liège avec la Bibliothèque des Prémontrés. 

Une après-midi familiale et conviviale. C'est gratuit.

L'union fait la force

En avril dernier, Caritas francophone et Caritas Secours ont fusionné pour devenir simplement Caritas Secours francophone. L'ancien président de Caritas Secours Jean Spronck a profiter de l'occasion pour céder sa place après de nombreuses années de service et de présence, à Peter Annegarn, nouveau président de la structure unique.  Merci à Jean Spronck (à droite) pour son dynamisme, il reste présent au sein du conseil d'administration. Et Bienvenue à notre nouveau président.

 

 

 ________________________________________________________

 

Ce dimanche 23 juin 2024, à Liège, Espace Prémontrés organisé par Caritas Secours à Liège et la bibliothèque du Séminaire.

Retrouvez tout le programme de cette journée familiale, conviviale et musicale ici:

https://www.bibliosemliege.be/animations/fetes-de-la-musique-2024

_________________________________________________________

Une première Matinée des Associations à Namur

A l’ombre de la cathédrale Saint Aubin, c’est l’épineux problème de financement des associations qui fut le fil conducteur de la Matinée des Associations ce jeudi 30 mai 2024.

C’était une première pour l’antenne Caritas de Namur-Luxembourg qui a reçu dans ses bâtiments de la Place du Chapitre quatre partenaires Caritas et quatre autres associations aux profils variés. Public peu nombreux mais curieux, heureux d’être sollicité pour enrichir la formation reçue de leurs expériences. Cette dynamique d’échanges spontanés a pu d’autant mieux se déployer qu’un cadre sécurisant de bienveillance, de non-jugement et de confidentialité avait été clairement posé.


Nos locaux à deux pas de la place du Chapître, à Namur.

Après un petit mot d’accueil, chacun a été invité à se présenter. Ce tour de table a déjà permis de mieux se connaitre et de partager certaines pratiques. La parole a été donnée ensuite à Emmeline Orban, directrice de Caritas Secours francophone et germanophone depuis septembre 2022. Après avoir retracé son parcours personnel, ses différentes casquettes qui lui permettent de faire des ponts au sein du réseau associatif, Emmeline a présenté quelques chiffres sur la philanthropie en Belgique ainsi que les différents types de financement possibles tout en laissant toujours la possibilité d’interagir spontanément. Chacun a ensuite été invité à établir une liste personnelle de sources de financement qu’il avait déjà expérimentées, vues, lues ou entendues. Dans un second temps, c’est en duo qu’une conversation s’est établie en vue de retenir une idée, particulièrement originale ou intéressante en termes de ratio temps/énergie, à partager ensuite au groupe. La matinée s’est clôturée par une évaluation et le partage de sandwichs garnis. Ce lunch fut encore l’occasion de créer du lien entre les participants.

Si la recherche de financements rime plus avec un pesant travail persévérant qu’avec une formule magique, il reste à espérer que les échanges entre les participants leur aient insufflé de nouvelles idées ou ce petit truc en plus qui redonne du cœur à l’ouvrage et la conviction d’être plus forts ensemble face aux défis communs.

_________________________________________________________________________________________

CARTE BLANCHE DU PRESIDENT -  mai 2024

PROFESSIONNELS ET BENEVOLES : UNE ENTENTE IMPOSSIBLE ?

Le 27 mars dernier, dans le cadre d’un projet européen, la Fondation Roi Baudouin organisait un webinaire afin de présenter les résultats d’une enquête pionnière sur l’estimation quantitative du sans-abrisme en Belgique.

Cette enquête, menée en collaboration par l’Université catholique de Louvain et sa consoeur flamande, offre une contribution de grande qualité à toute politique visant à renforcer la cohésion sociale, dont on sait à quel point elle est chancelante, chez nous comme ailleurs.

A la suite de cette présentation, un intervenant s’est félicité, à raison, des progrès réalisés depuis une trentaine d’années en matière de professionnalisation du travail social. Sans nier l’ampleur des défis et des difficultés, il s’est vigoureusement inscrit en faux contre un défaitisme trop souvent répandu, soulignant que la pauvreté n’était pas une fatalité. Oui, il possible d’aider des personnes à se remettre debout.

Lors de son intervention, hélas, il n’a toutefois pu s’empêcher de glisser des propos ironiques sur ces bénévoles « bien sympathiques qui donnent une petite soupe et une tartine aux SDF qui sont dans la rue ».

A Caritas Secours, ces propos nous ont attristé. Car si nous sommes convaincus de l’intérêt de professionnaliser le travail social, et également conscients de la difficulté qu’éprouvent de nombreux professionnels à collaborer avec des volontaires, qui font parfois preuve d’un manque de reconnaissance et d’intérêt pour la qualité de leur travail, ces derniers apportent, selon nous,  malgré tout, eux aussi, une contribution essentielle.

La lutte contre la pauvreté n’est, en effet, pas la chasse gardée des professionnels du travail social et ce combat ne pourrait être mené sans l’apport indispensable d’un nombre incommensurables de « petites mains » plus que nécessaires.

D’abord, parce que la pauvreté résulte largement de facteurs structurels dont, en particulier, l’effritement du lien social, largement mis en lumière durant le débat en question.  Le seul accompagnement professionnel ne suffit pas.  Protéger et réparer ce lien social est l’affaire de tous. Lorsque des bénévoles s’engagent en consacrant aux autres, selon les mots de Jean-Jacques Goldman, du « temps, du talent et du cœur », ils méritent, eux aussi, reconnaissance et respect.

Ensuite, parce que, comme l’analysait déjà Paul Ricoeur, il y a plus de 60 ans déjà, si nous avons besoin des solidarités « froides », et parfois très « longues », nous avons aussi besoin des solidarités chaudes, réconfortantes, riche d’humanité, même si elles sont aussi, parfois, plus « brèves ».

Ce fossé d’incompréhension, voire même, parfois, de franche hostilité entre professionnels et volontaires est non seulement pénible, pour celles et ceux qu’il concerne directement, mais il est  surtout, lourd de conséquences pour les personnes bénéficiaires que, professionnels et bénévoles, ont l’ambition de servir.

 

Peter Annegarn
Président de Caritas Secours

07/05/2024

________________________________________________________________________________________

Appel à dons en faveur des personnes soumises aux inondations

18/05/2024

Après l'horreur des inondations en Brabant wallon,  et encore en province de Liège il y a une semaine, aujourd'hui, soit 34 mois après le drame de 2021, l'effroi est une nouvelle fois présent pour de nombreux foyers ! Et ce week-end, il pleuvra encore...

Sur Liège et sa région, Côté Solidarité accompagne depuis 2021 les familles sinistrées des inondations en Province de Liège, si les nouvelles victimes des autres provinces se sentent déjà oubliés…Nous leurs souhaitons beaucoup de courage! Car ceux de 2021 le sont depuis près de déjà trois ans.

Et oui, lors de chaque crue, lors de chaque alerte, leur vie s’arrête pour scruter le ruisseau, le champ, la rivière pour se rassurer. Ils ne le seront pas. Plus jamais.

Lorsque l’on perd une partie de sa vie, car c’est bien de cela qu’il s’agit, les choses reste à jamais gravées ? Comme vous et nous, l’ensemble de nos vies, de nos souvenirs, se trouvent dans nos rez-de-chaussée, voir dans nos caves.  Quand une inondation survient, ceux-ci sont emportés par l’eau.

Dormiriez-vous tranquille si vous saviez qu’à tout moment votre vie peut être emportée ?

Ces dernières heures, de nombreux témoignages nous sont parvenus. Nous vous en livrons quelques-uns :

Nadia, 34 ans : "Le stress monte, cela déborde de partout, pas de nouvelle de la commune qui doit-on contacter ?"

Fatima, 45 ans : "Merci de prendre de nos nouvelles, je pense qu’une nouvelle fois je ne vais pas dormir, le cauchemar se répète."

Jean, 52 ans : "Nous n’aurons plus jamais la même vie. Fini le court tranquille de l’eau, bonjour l’horreur de la moindre intempérie".

Se rappeler… Ne pas oublier !

Il est déjà triste de dire que l’actualité quotidienne, quelle qu’elle soit, à supplanté le malheur que ces personnes ont connu. Ils sont parfois des voisins, des amis, ils ne sont jamais loin, ils sont près de 50.000 en province de Liège ! Les élans de Solidarité furent là les premières semaines mais sur une telle catastrophe, les experts estiment qu’il faut 4 à 10 ans pour que la zone concernée revienne à son niveau précédent. Avant cette nouvelle horrible nuit, ce sont encore près de 150 foyers que nous accompagnons encore dans la reconstruction de leur vie.

Aujourd’hui, ce sont des centaines de foyers qui s’ajoutent à cette liste !

Nous avons surtout en encore besoin de tout un chacun pour reconstruire !

Concernant les sinistrés sur Liège: 

Ligne générale : 04 295 59 59 (mardi à samedi de 9h à 17h)

hello@cotesolidarite.be - https://cotesolidarite.be/contacts/

N'hésitez pas à faire un don en mentionnant le projet  732 375

On compte encore sur vous tous.

 

________________________________________________________________________________________

 5ème édition des Housing Action Days - avril 2024

On a mal au logement !

En ce mois de mars 2024, déjà deux personnes sont mortes dans la rue à Liège. Deux, parmi combien d’autres, à Liège et ailleurs.
Fin juin, une première marche du vide réunissait une vingtaine de personnes au centre d’Ottignies. Cette promenade guidée d’environ cinq kilomètres vise à sensibiliser divers publics à la question du droit au logement et, tout particulièrement, à la lutte contre l’inoccupation. La première marche abordait notamment l’action en cessation. Cet outil de lutte contre l’inoccupation dont des associations de droit au logement peuvent se saisir est consacré par le Code wallon de l’habitation durable.
L’originalité du dispositif est de partir du local pour agir sur le régional. La dernière marche du vide en date s’est tenue à Liège le 16 mars dernier. Et le 6 avril, devant l’Hôtel de Ville liégeois, aura lieu encore une grande manifestation pour le droit au logement. Clairement, notre société, a mal au logement.

Que faire ? Que nous manque-t-il pour avancer dans le bon sens et faire rétropédaler l’augmentation constante du nombre de « sans toit », en Wallonie et à Bruxelles ? Pourtant, des alternatives au manque de logements sociaux existent. Les Infirmiers de rue, à Bruxelles et à Liège propose le concept de « Tiny House », ces bungalow durables transportables aisément comme piste de solutions alternatives.

Encore faut-il savoir où les poser ? On serait en droit de se poser la question suivante : existe-t-il une véritable volonté politique de remédier à cette problématique ?  Du côté de l’associatif, la réponse est un grand oui !

A Caritas Secours, grâce à vous, nous soutenons de nombreux projets en lien avec l’aide au logement, ce droit humain inaliénable qui mérite toute notre attention, chaque jour que Dieu fait.

R.KERZMANN

_________________________________________________________________________

Dans la Bible, c’est Pâques

Quand, au cœur de sa désespérance, Marie Madeleine est appelée par son prénom ; 

Quand sur le chemin d’Emmaüs, les deux compagnons partagent le pain après qu’Il les ait écoutés longuement, patiemment ;

Quand une parole de paix vient à la rencontre de leurs doutes ;

Quand sur la grève, Il prépare à manger à ceux qui demandent à être nourris ;

Quand montrant ses mains et ses pieds blessés, Il se fait communion à leurs souffrances.

 Par la solidarité dont vous témoignez en soutenant les acteurs des associations partenaires de Caritas Secours,

Quand ceux que l’exclusion pousse à la marge sont accueillis et écoutés ;

Quand ceux qui ont faim reçoivent la nourriture dont ils ont besoin ;

Quand ceux qui souffrent sont rejoints dans leur solitude, leur recherche de sens,  

C’est Pâques aujourd’hui grâce à vous ! 

Merci et bonne fête !

Jean SPRONCK , Administrateur

_________________________________________________________________________

Au coeur de l'Avent...                           
                                                                                                      
par Patrick DEBUCQUOIS

La première des deux sessions du synode sur la synodalité s’est achevée à Rome à la fin du mois d’octobre dernier et ses conclusions ont été publiées immédiatement. En quoi concerne-t-il les plus vulnérables et les victimes des injustices de notre monde ?

     PD.S.

Il l’a fait, tout d’abord, dans sa conception même : en effet, à la différence de ce qui se faisait traditionnellement, la composition de l’assemblée synodale a été ouverte à un nombre non négligeable de non-évêques, en particulier des femmes et des jeunes. Il était sans doute trop complexe d’aller plus loin et d’y inviter directement des personnes faisant, ou ayant fait, l’expérience de la grande pauvreté, mais cela ne signifie pas pour autant que la pauvreté ait été la grande absente des préoccupations. En effet, elle a été considérée comme l’une des 20 questions majeures reprises dans les conclusions :

Les pauvres demandent de l’amour à l’Eglise. Par amour, nous entendons le respect, l’acceptation et la reconnaissance, sans lesquels fournir de la nourriture, de l’argent ou des services sociaux représente une forme d’assistance certes

importante, mais qui ne prend pas pleinement en charge la dignité de la personne.

Plus loin, le document évoque le risque constant (…) de considérer les pauvres en termes de « eux » et de « nous », comme des « objets » de la charité de l’Eglise. Il s’agit bien plutôt de mettre les pauvres au centre et d’apprendre d’eux.

Programme ambitieux, auquel nous sommes tous appelés à collaborer, tant dans nos engagements quotidiens que par les « conversations dans l’esprit » auxquelles nous invite le synode, et dont la première partie, essentielle, consiste dans l’écoute de l’autre – et du plus pauvre en particulier.

En ces temps, une fois encore bousculés, par les guerres, les crises internationales, les chemins de l’exil empruntés par d’innombrables familles, les pauvretés qui touchent notre pays, il est bon de s’inspirer du programme proposé par ce dernier synode et quel meilleur moment que cette période.

Heureux temps de Noël à tous !

_________________________________________________________________________________

Découvrez le Memorandum 2024 


Caritas en Belgique est un ensemble d'organisations actives dans les domaines de l’aide humanitaire, de la coopération au développement, de l’accueil des demandeurs de protection internationale, de la protection sociale et des soins de santé.
Avec ce Mémorandum, nous voulons contribuer à un dialogue constructif entre des politiciens responsables et des personnes travaillant sur le terrain chaque jour, au bénéfice des personnes les plus vulnérables qui dépendent des domaines de notre travail.

Agenda 2030 : l’horloge tourne

En 2015, la Belgique, avec plus de 190 autres pays, s'est engagée à atteindre les 17 objectifs de développement durable (ODD) d’ici 2030. Ces ODD doivent guider les politiques aux niveaux régional, national et international sur la base d’un ensemble de principes (Ne laisser personne de côté, respect des droits humains, universalité, participation et dialogue et intégration de l’environnement et du développement).

Caritas souligne que ces objectifs concernent l’ensemble de la Belgique, qu’il s’agisse de la politique nationale ou régionale et la planète entière. Huit années se sont écoulées depuis cet engagement mondial. Il reste sept ans pour atteindre ces objectifs. L’Agenda 2030 est un appel à mettre fin au business as usual et à nous engager sur une nouvelle voie.
À cette fin, Caritas demande de :
• Développer une stratégie nationale et durable qui comprend un ensemble solide d’indicateurs permettant de mesurer l’impact des politiques sur les groupes les plus difficiles à atteindre. Cela devrait impliquer la société civile par le biais de processus participatifs significatifs.
• Réorienter les politiques pour mieux prendre en compte les principes
transformateurs de l’Agenda 2030, tout en assurant la cohérence avec les
obligations en matière de droits humains.
• Mettre en place des mécanismes permettant une coordination plus efficace entre les différentes politiques et les différents secteurs et veiller à ce que les politiques soient façonnées dans le cadre des mécanismes existants et soient pleinement cohérentes avec les ODD, tant au niveau national qu'international.
• Mobiliser des ressources suffisantes, en mettant clairement l’accent sur le
financement public et l’autonomisation des personnes les plus exclues de la société.
• Renforcer en priorité l’action climatique (ODD 13) dans les politiques régionales, fédérales et de coopération internationale. En Belgique tout d’abord, suite aux récentes sécheresses et inondations, cela implique entre autres une meilleure coordination entre les différents responsables de la réponse, d’urgence notamment, et d’assurer l’accès aux droits des plus vulnérables. À l’international, la Belgique doit considérablement augmenter son financement climatique (dont un soutien à la mise en place effective du fonds pour les pertes et préjudices).

Lutte contre la pauvreté en Belgique

Le risque de pauvreté augmente en Belgique. Plus de 2 millions de Belges sont menacés de  pauvreté ou d’exclusion sociale, et 13 % des Belges vivent dans un ménage dont le revenu disponible est inférieur au seuil de pauvreté. La pauvreté et l’exclusion sociale se manifestent
dans différents domaines de la vie (revenus, alimentation, éducation, logement et soins) et nécessitent donc une approche multidimensionnelle.

Caritas demande ce qui suit :

• Il est nécessaire de continuer à soutenir les services d’aide alimentaire dans leur fonctionnement. Cela doit se faire en étroite collaboration avec d’autres interventions sociales visant à la distribution de nourriture.

• Augmenter les revenus les plus bas pour qu’ils atteignent au moins le seuil de pauvreté européen. S’engager en faveur d’une fiscalité équitable et durable. Les bas revenus bénéficient proportionnellement très peu des allègements fiscaux dont bénéficient les revenus plus élevés.

• Prévenir le non-recours et le non-accès aux droits sociaux (« non-take up »); un problème sous-estimé dans lequel les revenus les plus faibles sont surreprésentés. La sensibilisation et l’attribution automatique des droits peuvent améliorer l'accès et le recours aux droits.

• Continuer à verser des allocations familiales ; un levier éprouvé contre la pauvreté, et la pauvreté des enfants en particulier. En Belgique, plus d’un demi-million d’enfants grandissent en étant menacés de pauvreté ou d’exclusion sociale.

• Fournir des produits menstruels dans les écoles et les rendre gratuits pour les enfants et les jeunes jusqu’à 26 ans et les bénéficiaires d’intervention majorée.

• Des milliers de familles paient un loyer trop élevé ou vivent dans des logements mal isolés. L’offre de logements sociaux devrait mieux rencontrer les besoins des personnes à faibles revenus.

• S’engager dans des initiatives de « housing-first » pour les sans-abris. En effet, le sans-abrisme est un problème persistant mais qui ne cesse de s’aggraver, y compris chez les moins de 26 ans.

• Augmenter l’offre de sites et d’emplacements de transit pour les Roms et les gens du voyage. Les mobil-homes sont une forme reconnue de logement, mais l’accès à des emplacements est limité. Cela conduit à l’insécurité et à l’errance illégale.

• Améliorer les possibilités d’éducation pour les personnes vivant dans des
habitations mobiles précaires. Prendre en compte les formes mobiles d’éducation et fournir des écoles d’ancrage pour les enfants recevant une éducation à distance.


• Améliorer l’accessibilité de l’offre et et du coût des soins aux personnes âgées. Beaucoup d’entre elles en étant exclues avec seulement leur pension légale et leurs économies.

Une société accueillante
Les crises internationales telles que les confits en Ukraine, en Afghanistan et les conséquences de la pandémie de COVID-19 ont un impact important sur la Belgique et le reste du monde. Les droits humains des personnes réfugiées ou migrantes sont sous pression.

Ces droits sont fondamentaux, il est inacceptable de faire des compromis à leur 
sujet. Ces dernières années, les priorités politiques se sont articulées autour de trois piliers : le renforcement des frontières extérieures de l’Union européenne, le durcissement des procédures de protection internationale et l’accent mis sur le retour.

Cependant, pour parvenir 
à une politique migratoire équitable, il faut de la solidarité et des solutions structurelles :

• Nous demandons une politique de protection internationale et de migration qui place la dignité humaine au centre, conformément à la Convention des Nations Unies sur les réfugiés, aux droits humains et aux Pactes mondiaux pour la migration et sur les réfugiés. Le gouvernement belge devrait faire preuve de leadership européen en encourageant l’UE et ses États membres à faciliter la mobilité humaine et à mettre fin à la violence, aux refoulements et à la discrimination à l’intérieur et aux
frontières de l’UE.

• Nous demandons davantage de voies d’accès sûres et légales en Belgique et en Europe pour les personnes ayant besoin d’une protection internationale, par le biais de programmes de réinstallation, de community sponsorship, de regroupement familial et de visas humanitaires, mais aussi pour les travailleurs migrants, par le biais de permis de travail et de séjour. Il est grand temps de reconnaître la contribution positive et indispensable des migrants à une vie sociale, culturelle, politique et économique dynamique et diversifiée.

• Déplorant le recul des standards de protection internationale en de nombreux endroits du monde / en particulier dans les pays riches, nous appelons à un accès garanti et continu à des procédures de protection dignes et efficaces et à des conditions d’accueil de qualité. Ce faisant, tout demandeur de protection internationale devrait avoir accès à une assistance juridique de qualité et à une procédure équitable.

• Le droit à la vie familiale et l’intérêt supérieur de l’enfant sont des principes qui doivent primer à tout moment.

• Enfin, la migration est un phénomène mondial et nous voyons un lien clair et positif avec le développement dans les pays d’origine et en Belgique. Les Ministères de l’intérieur, de l’Economie et des Affaires étrangères devront y prêter davantage attention pour débloquer le plein potentiel de ces interactions, dans le respect des principes de la Note stratégique sur la migration et le développement.

Solidarité internationale : aide humanitaire locale et coopération au
développement efficace Les situations d’injustice susmentionnées peuvent également être transposées au niveau international. L’instabilité mondiale n’a fait qu’intensifier l’impact et l’intensité des crises humanitaires pour les populations touchées soutenues par le réseau mondial Caritas.

Nos 
partenaires, qui opèrent – entre autres – au Sahel, en Afrique centrale ou au Moyen-Orient, sont témoins de conflits permanents, de systèmes fragiles, de déplacements et des effets dévastateurs des catastrophes climatiques qui provoquent des souffrances et des crises prolongées.
Malgré la gravité de ces situations, la réponse de la communauté internationale reste inadéquate. 

La tendance au sous-financement structurel de l’aide humanitaire internationale 
a été renforcée par la pandémie de COVID-19 et la guerre en Ukraine. Le financement actuel doit évoluer vers une politique durable, flexible – qui s’adapte aux besoins réels – et ne dépend plus de la médiatisation des crises.

La Coopération belge au développement y joue un rôle important et les élections de 2024 sont l’occasion de fixer un cap ambitieux en :
• Tenant les promesses d’allouer 0,7% du RNB à l’aide publique au développement, dans un délai strict et réaliste, et sans compter le coût de l’accueil des demandeurs de protection internationale en Belgique.

• Respectant les engagements concernant un soutien financier renforcé et flexible pour les organisations humanitaires et les organisations locales de la société civile.

• Promouvant la programmation de partenariats et de financements à la croisée de l’aide humanitaire, de la coopération au développement et des opérations de paix. Cette programmation devrait combiner la réponse aux crises et la prévention des crises, dans le respect des principes humanitaires d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance.

• Coordonnant et en investissant dans des politiques équitables et cohérentes avec les objectifs de développement durable, en particulier dans les domaines de la sécurité alimentaire, de la migration et de l’action climatique.

____________________________________________________________________________________

Information aux donateurs 

Afin de respecter les nouvelles mesures en vigueur en matière de législation, dès maintenant, merci de nous transmettre votre numéro national par mail à
dons@caritassecours.be

ou

lors d'un don effectué en ligne ou par virement bancaire, merci de bien vouloir indiquer votre numéro national en communication. 

_________________________________________________________________________________

7ème journée mondiale des Pauvres à Banneux

À l’occasion de la 7ème Journée mondiale des Pauvres, un week-end de rencontre sera organisé à Banneux, les 18 et 19 novembre prochains. Y sont conviées les personnes ayant vécu dans la rue ou vivant dans une situation de grande précarité .

 Si vous souhaitez soutenir cette initiative, vous pouvez faire un don sur le compte de Caritas Secours francophone. 
BE79 2100 6791 7533. Communication : JMP

Avec 10€ vous financez un repas pour 1 personne, avec 30€ son hébergement et avec 50€ son séjour complet. Merci de votre soutien.

__________________________________________________________________

Séisme au Maroc, vous souhaitez faire un don? 

C'est possible via Caritas International.
Rendez-vous sur le site : https://www.caritasinternational.be/fr/

_____________________________________________

La Feuille de Caritas Secours changera de peau

Dès la rentrée, donc, la Feuille cèdera sa place au Caritas Secours Info composé de nouvelles plus nombreuses et plus courtes également afin de vous en faciliter, qui sait, la lecture et la rendre plus attractive. L’occasion aussi pour nous d’aborder toujours plus d’actions réalisées par le réseau grâce à vos dons et votre générosité.  

Le dernier numéro de la Feuille ( de juillet) aborde l’aide alimentaire notamment à Liège et à Bruxelles mais aussi les actions du réseau prévues dès l’automne à Namur, Liège et Charleroi en vue de rencontrer les acteurs de l’action sociale sur le terrain.

Sachez que le réseau « Caritas » en Belgique évoquera l’aide alimentaire comme l’une de ses priorités dans le memorandum qu’il est en train de rédiger en vue des prochaines élections.

En outre, demain, d’autres défis seront à relever suite à la décision prise par le FEAD (Fonds européen d’aide aux plus démunis) de diminuer son intervention et d’en convertir une partie en formations, ce qui en soi n’est pas mal, mais risque d’aggraver la situation de nombreuses associations actives dans l’aide sociale et alimentaire de proximité. 

 En vous remerciant d'ores et déjà pour votre fidélité et votre soutien, nous vous souhaitons, puisqu'on s'en approche, une belle fête de l'Assomption. 

_______________________________________________________________________________

    juin 2023: inondations, deux ans déjà

 

 
_________________________________________________________________

 

Qui sommes nous ?

Membre de Caritas Belgica, Caritas Secours     francophone  a pour mission de porter une     attention particulière à la problématique de  la précarité, à lutter contre les inégalités, la pauvreté, promouvoir le volontariat et  l’action sociale.
Caritas Secours ne dispose     d’aucune aide publique ni de subside et   fonctionne grâce à la générosité des   donateurs et par le biais de legs ou   donations. A ses donateurs, nous proposons   la défiscalisation des dons à partir de 40€/an   afin d’encourager le soutien aux projets d’aide  sociale sur le terrain, près de chez vous.

Soutenir Caritas, Secours, c’est aider des personnes précarisées à retrouver plus de dignité, c’est valoriser le travail de centaine de volontaires et travailleurs sociaux en permettant, à travers eux, de développer de nouveaux projets d’aides et d’accompagnement. L’action se développe en de nombreux secteurs : logement, accompagnement social envers les personnes en situation de handicap, envers les jeunes, les sortants de prisons, les sans- abri, l’aide alimentaire, les écoles de devoirs et les ateliers d’intégration, d’alphabétisation, l’assistance urgente, l’aide au transport, l’accueil des migrants...

Vos dons sont précieux, votre aide aussi en tant que volontaire

N’hésitez pas à vous renseigner afin de soutenir les actions même quelques heures par mois ou par semaines. Notre action sociale est bien réelle et participe modestement à faire reculer les inégalités et la pauvreté.

Soutenez l’aide sociale près de chez vous !  Des antennes de Caritas Secours existent aussi en province de Brabant Wallon, Liège, Hainaut, Namur-Luxembourg et à Bruxelles.

A travers ce site et ses liens, découvrez les actions des équipes et des associations partenaires du réseau bénéficiant de votre soutien à travers Caritas Secours francophone. Vos dons, legs et donations sont précieux, merci! 

 Jean SPRONCK,
Président du Conseil d’Administration 

 _____________________________________________

Inondations: Dix mois après, l'aide se poursuit

publication février 2022

 

Depuis janvier dernier, Caritas Secours francophone continue, grâce aux dons reçus de venir en aide aux victimes des inondations dans toute la Wallonie, dans la mesure des moyens disponibles. 

Vous  avez été victimes des eaux? vous êtes concerné par la perte d'un bien matériel qui n'a pu être remplacé ou qui n'était pas assuré ? Vous connaissez une famille "sinistrée" et en difficulté pour le paiement d'une facture d'énergie, d'un loyer? 

Contactez nous! Nous sommes conscients qu'il reste à faire. Faites-vous connaitre. 

Par mail coordinationliege@caritassecours.be

(N'oubliez pas d'indiquer votre numéro de téléphone afin que l'on puisse vous recontacter rapidement) 

 

Vous souhaitez recevoir le Caritas Info? 

La publication trimestriel peut vous être envoyée gratuitement par courrier ou par mail.  Tenez-vous au courant de l'actualité du réseau, 
envoyez- nous vos coordonnées à  regine.kerzmann@caritas.be

Nous soutenir? 

Découvrez sur ce site les différents projets portés par notre réseau, et actifs dans l'aide sociale de proximité dans toutes les provinces francophones du pays.  
Faites un don en ligne ci-dessus en toute sécurité
Ou par virement sur le Compte national:  BE79 2100 6791 7533 - mention : Don - 
Attestation fiscale délivrée à partir de 40€/an.

 

Suivez-nous sur Facebook

page Caritas Secours francophone

Elections 2024

Notre participation à la Carte Blanche publiée dans le quotidien Le Soir

https://www.lesoir.be/592286/article/2024-06-03/elections-2024-et-la-societe-civile-dans-tout-cela

 
 
Organisé par Caritas Secours à Liège avec la Bibliothèque des Prémontrés. 

Une après-midi familiale et conviviale. C'est gratuit.